En juillet 2007, la Commission Fédérale de Médiation a officiellement agréé PMR Europe en tant que Centre de formation en médiation civile et commerciale et a validé ses programmes de formation comme conformes aux exigences de la Commission.

En janvier 2016, la Commission Fédérale de Médiation a officiellement agréé PMR Europe en tant que Centre de formation en médiation sociale.

En avril  2018, la Commission Fédérale de Médiation a officiellement agréé PMR Europe en tant que Centre de formation en médiation famiale

Les particularités de nos formations agréées en médiation civile et commerciale, en médiation sociale et en médiation familiale

Sur le fond

Partage d’expérience: la pratique de la médiation intégrative et l’enseignement est notre core business à temps plein depuis 13 ans

Outils utilisables quotidiennement, dans la pratique professionnelle de chacun et non limités au but d’obtenir l’agrément (PMR = Prévention, Management, Résolution)

Allier savoir faire au développement primordial du savoir être : dès le premier jour de notre formation, nous travaillons en priorité sur l’intégration de ces deux aspects, « art » et « science ».

Travailler sur l’analogie : être capable de transposer son savoir (outils,techniques, …) dans un autre cadre

 

Sur la forme

Coaching personnalisé  grâce à la limitation de nos groupes à  max 15 personnes

Interactivité = enrichissement collectif via la diversité

Apprentissage actif par l’expérience via des jeux de rôles = pratique des outils

Sur mesure et écoute des besoins:  adaptation et flexibilité au public varié et en fonction de

l’évolution des participants en cours de formation

Cohérence et continuité de la formation grâce à la constance dans les formateurs

Techniques et outils de pointe : renouvellement constant de nos formations et de leur contenu par intégration de notre pratique quotidienne, de nos propres lectures et formations

Qu’est-ce que la médiation exactement ?

La médiation est un mode alternatif de résolution des conflits, à côté des modes traditionnels tels que la procédure judiciaire, l’arbitrage, la conciliation, la négociation traditionnelle, et le droit collaboratif. Plus précisément :

« la médiation est un processus confidentiel de résolution des conflits par lequel les parties recourent par un acte volontaire à un tiers indépendant, impartial, et neutre, le médiateur. Le rôle du médiateur est d’aider les parties à négocier de façon raisonnée dans un cadre formel librement consenti par les parties en vue de l’élaboration par elles en toute connaissance de cause et de façon libre et responsable, d’un accord intégratif sage »

Les caractéristiques de la médiation formelle sont les suivantes :

→   un processus : un travail composé d’étapes, de phases interdépendantes dont l’ordre est primordial.

→   confidentiel : les parties s’engagent contractuellement à ne pas révéler ce qui est dit ou échangé en termes d’écrit pendant ou entre les entretiens à quiconque. Cette confidentialité est visée par la loi.

→   Résolution de conflits: nous sommes dans le cadre d’un conflit avéré. Nous ne sommes pas dans le cadre de la prévention même si « l’attitude médiateur » et les outils et techniques de la médiation peuvent être utilisés par analogie pour prévenir les conflits (l’on parle alors de « médiation informelle » ou « facilitation » qui ne rencontre pas nécessairement toutes les caractéristiques reprises ici).

→   acte volontaire: les parties choisissent ce mode de résolution de conflit, elles sont demandeuses de l’intervention du tiers et peuvent aussi mettre fin à tout moment au processus si celui-ci ne leur convient pas sans préjudice.

→   un tiers indépendant, impartial et neutre: le tiers n’a pas de lien de subordination avec une partie, il n’a pas de conflit d’intérêts avec une des parties, il ne prend parti pour personne et ne donne ni son avis, ni la solution.

→   négociation raisonnée : la négociation raisonnée ou intégrative se différencie de la négociation classique sur position.  Dans cette dernière, les parties et les conseils avancent chacun une position (une solution) soutenue par une argumentation subjective, le plus souvent sans autre forme d’échange d’information pertinente , en vue d’imposer celle-ci à l’autre partie et, en tout cas, de faire le moins de compromis possibles. Les émotions sont instrumentalisées ou ignorées. La négociation intégrative, quant à elle, vise l’échange d’information entre les parties et leur conseil, l’inventaire des sujets à régler, l’identification intérêts et des besoins derrière les émotions, l’exploration des différentes pistes de solution et une négociation équilibrée sur base de critères objectifs favorisant les échanges plus que les concessions. Les émotions sont essentielles tant pour favoriser une climat de confiance et l’échange d’information que pour la créativité que pour la recherche d’une solution durable rencontrant les intérêt des deux parties  (win/win).

→   un cadre formel librement consenti par les parties: certaines règles de fonctionnement sont proposées par le médiateur, acceptées par les parties et maintenues par le médiateur.

→   les parties sont libres et responsables : ce présupposé signifie que les parties savent mieux que le médiateur quel est leur problème ainsi que ce qui peut le mieux le résoudre. Elles vont-elles-mêmes élaborer leur solution et décider en toute connaissance de cause.

→   un accord intégratif: qui rencontre les intérêts des parties et qui exploite les ressources existantes ou créées, les opportunités, en vue d’un gain mutuel

→   un accord « sage », c’est-à-dire :

– qui soit durable dans le temps,

-qui respecte « l’environnement » constitué de ceux qui devront subir les conséquences de cet accord directement ou indirectement,

– qui améliore (ou en tout cas qui ne détériore pas) la relation entre parties, et

– qui ne soit pas contraire à l’ordre public (et à l’intérêt des enfants mineurs).

 La loi

La loi du 21 février 2005 modifiant les dispositions du Code Judiciaire a organisé un cadre pour la médiation tout en instaurant une reconnaissance à la fonction de médiateur, ce qui constitue une garantie pour ceux qui auront recours à ce processus. Cet agrément requiert que le candidat remplisse certaines conditions dont une formation d’un minimum de 90 heures (60h de tronc de base et 30h de spécialisation en matière civile et commerciale ou 30h de spécialisation dans les matières de droit social), dont le contenu est strictement défini par une directive de la Commission fédérale de médiation, ces formations étant dispensées uniquement par des centres spécifiquement agréés par la Commission.

À l’issue de la formation PMR, une attestation est délivrée établissant que vous avez suivi, selon les cas, la formation complète (base et spécialisation en médiation civile et commerciale) ou la spécialisation en médiation sociale. Cette délivrance nécessite la présence à l’ensemble des séances, au cours desquelles se fera une évaluation pratique continuée, ainsi que la réussite d’une épreuve écrite sur les parties théorique et juridique. Vous pourrez joindre cette attestation à votre dossier de demande d’agrément. Les participants restent responsables de leur demande d’agrément auprès de la Commission fédérale s’ils souhaitent en introduire une et vérifieront par eux-mêmes s’ils rencontrent l’ensemble des exigences de la loi et de la Commission fédérale pour être agréés.

==>La nouvelle loi sur la médiation et l’agrément des médiateurs:

La loi du 7 juin 2018 a récemment modifié les dispositions du Code judiciaire relatives à la médiation, notamment en ce qui concerne la formation des médiateurs. La commission fédérale de médiation, elle aussi profondément revue dans sa composition et son fonctionnement devra définir dans les prochains mois les nouvelles exigences de formation. Des dispositions transitoires sont toutefois prévues. Elles indiquent que :

  • Les médiateurs agréés au jour de l’entré en vigueur de la présente loi selon les modalités prévues par la loi du 21 février 2005 sont reconnus comme tels au sens de nouvelle loi.
  • Les dossiers pendants devant la commission fédérale de médiation à la date de l’entrée en vigueur des dispositions concernant la médiation sont traités par les organes de la commission fédérale en fonction de leur compétence respective.
  • Les organes de formation des médiateurs qui, au 1er janvier 2019, dispensent des formations, conformément aux anciens articles 1726 et 1727 du Code judiciaire, peuvent continuer à les organiser selon les mêmes conditions et modalités jusqu’au 1er septembre 2019.
  • Les personnes ayant suivi et réussi avec succès les formations visées ci-dessus, pourront obtenir l’agrément jusqu’au 1er septembre 2020 selon les mêmes conditions et modalités que celles prévues aux articles 1726 et 1727 anciens du Code judiciaire.
  • Une fois cet agrément obtenu, elles sont reconnues comme médiateur agréé au sens de la nouvelle loi.

Primes

Les indépendants/sociétés, situées en région bruxelloise (19 communes) peuvent, à certaines conditions,bénéficier du subside à la formation de 50% accordé par l’Expansion économique de la Région bruxelloise.Toutes les informations sont disponibles sur le site www.primespme.be/-Suivre-une-formation-.html.

PMR Europe tient à votre disposition en version électronique les documents à fournir la concernant : ils vous seront adressés sur simple demande dès votre inscription !